Tolérance - Mais, que dira-t-on ... [John Locke]

"jpeg-01-18.jpgMais, dira-t-on, si le magistrat ordonne des choses qui répugnent à la conscience des particuliers, que doivent-ils faire en pareils cas?" Je réponds que cela ne peut arriver que rarement, si les affaires sont administrées de bonne foi, et pour le bien commun des sujets; mais si, par malheur, il y a un tel édit, alors chaque particulier doit s'abstenir de l'action qu'il condamne en son coeur, et se soumettre à la peine que la loi prescrit, et que du moins il peut subir sans crime.

John Locke (1632-1704)
Lettre sur la tolérance

Ajouter un commentaire