Amitié - Un homme frappa ... [Paulo Coehlo]

J 89Un homme frappa à la porte de son ami bédouin pour lui demander une faveur:

- Je veux que tu me prêtes quatre mille dinars parce que je dois payer une dette. Est-ce possible? 

L'ami pria sa femme de rassembler tous leurs objets de valeur, mais ce n'était pas suffisant. Ils durent sortir réclamer de l'argent aux voisins, jusqu'à ce qu'ils obtiennent la somme suffisante. Quand l'homme s'en fut allé, la femme remarqua que son mari pleurait.

- Pourquoi es-tu triste? Maintenant que nous avons une dette auprès de nos voisins, tu as peur que nous ne soyons pas capables de la régler?

- Pas du tout. Je pleure parce que c'est un ami que j'aime beaucoup, et, malgré cela, je ne savais pas comment il allait. Je me suis souvenu de lui seulement quand il a dû frapper à ma porte pour m'emprunter de l'argent.

Paulo Coehlo
Le manuscrit retrouvé

Ajouter un commentaire